Actualités

Nombre record de FPS à Marseille depuis début 2018


voiturer LAPI FPS

Depuis le 1er janvier, les forfaits de post-stationnement ont remplacé les amendes pour ceux qui ne s'acquittent pas du montant du stationnement dans les secteurs payants.

Si à Marseille, le montant à payer en cas d'infractions n'a pas augmenté en restant à 17 euros, les contrôles ont été confiés à une société privée et leur nombre s'est envolé tout comme le nombre de FPS distribués.

1.9 million de contrôles

A Marseille, la société SAGS utilise trois voitures de type Renault Zoé équipées d'un système LAPI pour lire automatiquement les plaques d'immatriculation des voitures stationnées et vérifier dans le même temps si leur conducteur s'est acquitté de la redevance de stationnement.

Le contrat passé entre la ville de Marseille et SAGS prévoit que 450 000 contrôles doivent être effectués chaque mois.

A ce jour, le système ne tourne pas à son maximum puisque sur les six premiers mois de l'année, ce sont 1 870 171 véhicules qui ont été contrôlés par les voitures LAPI alors que ce nombre aurait dû être de 2.7 millions.

Avec 15 400 places de stationnement payantes durant 6 jours de la semaine, 450 000 contrôles mensuels équivalent au passage devant chacune des places une fois par jour.

318 182 FPS dressés

Avec la multiplication des contrôles, le nombre de véhicules en infraction est en forte hausse. Entre janvier et juin 2018, ce sont 318 182 FPS qui ont été dressés, c'est à dire quasi autant que les 334 380 amendes établies au cours de toute l'année 2016....

La barre des 600 000 FPS devrait être dépassés sur l'ensemble de l'année 2018. Cela représente un pactole d'environ 10 millions d'euros pour la métropole d'Aix-Marseille-Provence auquel il faudra également ajouter les recettes FPS générées dans les autres communes avec stationnement payant comme Aix-en-Provence, Aubagne, Cassis, Carry-le-Rouet, La Ciotat ou encore Martigues.

Le contournement du contrôle

Le recours aux véhicules LAPI en lieu et place des agents de terrain conduit à une déshumanisation du contrôle qui n'est pas sans poser problème notamment pour les personnes détentrices d'un macaron handicapé.

Mais cela permet aussi de détourner les contrôles afin que la plaque du véhicule ne puisse pas "être lue" par la voiture LAPI.

Dans les rues en sens unique, la solution la plus sportive, mais la seule qui est légale, consiste à coller le plus possible son véhicule à celui le précédent afin de cacher la plaque. En effet, le véhicule LAPI ne scanne que les plaques arrières des véhicules...

Un autre méthode que vous avez peut-être déjà rencontrée mais qui n'est pas sans risque si les policiers s'en aperçoivent, consiste à tout simplement appliquer une pancarte sur sa plaque.

plaque immatriculation masquée LAPI FPS

Il existe encore une autre solution, beaucoup plus discrète, celle de maquiller sa plaque avec du scotch noir afin de faire changer les numéros ou les chiffres. Par exemple, remplacer un 6 par un 8, un 5 par un 6 ou encore un C par un Q... Là encore la pratique est interdite et c'est même encore pire pour le propriétaire du véhicule qui a porte vraiment l'immatriculation qui a été affichée. En effet, c'est bien lui qui va recevoir l'avis de paiement FPS pour un stationnement qu'il n'a jamais effectué... D'ailleurs, il en va de même si le LAPI fait une erreur lors de la lecture d'une plaque, ce n'est pas le véhicule réellement stationné qui sera verbalisé mais bien celui dont la plaque aura été lue!

Publié le 06 septembre 2018

Toute l'actualité du forfait de post-stationnement